Les Républicains

Les Républicains

Les Républicains, abrégé LR, est un parti politique français classé à droite de l'échiquier politique. Il est issu du changement de nom et de statuts de l'Union pour un mouvement populaire (UMP), adopté par les adhérents le 28 mai 2015 sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy qui en est alors le Président[]. LR s'inscrit dans la continuité des grands partis de droite français (UDR, RPR, UMP). Les Républicains se caractérisent ainsi par une vision plutôt libérale de l’économie et conservatrice au niveau des questions de société.

Il est également membre du Parti populaire européen (PPE) qui regroupe de nombreux partis de droite européens.

Sous la Vème République, 5 présidents sont issus de la droite et du centre droit : Charles de Gaulle, Georges Pompidou, Valéry Giscard D’Estaing, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

Le Général de Gaulle fait unanimement figure de référence à droite.   

Un bref historique :

Le parti des Républicains est créé en 1976 notamment par Jacques Chirac sous le nom de RPR (Rassemblement Pour la République).

En 2002, l'UMP (Union pour une Majorité Présidentielle) est créée dans la perspective des élections législatives sous l’impulsion d’Alain Juppé et de Jacques Chirac. Elle devient l'Union pour un mouvement populaire — en gardant les mêmes initiales avec l'ambition affichée de rassembler les différentes tendances de la droite française alors fragmentée. Elle naît ainsi de la fusion de Rassemblement pour la République (RPR), de Démocratie libérale et d'Écologie bleue et surtout de l'UDF qui était le grand parti du centre longtemps préside par Valéry Giscard d’Estaing. Plusieurs personnalités centristes l'ont ensuite quitté comme Jean-Louis Borloo, notamment pour former l’UDI (l'Union des démocrates et indépendants) qui reste toutefois l’allié politique de l’UMP.

En 2014, Nicolas Sarkozy devient président de L’UMP. Il propose alors un changement des statuts et du nom du parti. Les nouveaux statuts ainsi que le nom Les Républicains sont adoptés par le bureau politique le 5 mai 2015 puis approuvés par les adhérents le 28 mai à 83,28 %.

Représentation actuelle :

  • 199 députés sur 577
  • 144 sénateurs sur 348
  • 44 Présidence de conseils départementaux sur 101
  • 8 Présidences de conseils régionaux sur 17
  • 35 Maires de communes de plus de 70 000 habitants sur 67

Etre de droite qu’est-ce que cela signifie ?

La liberté d’entreprendre et d’investir : la droite estime que c’est bien le secteur privé et les entreprises qui ramèneront la croissance et l’emploi. Elle souhaite ainsi diminuer le poids de la puissance publique et libérer les initiatives privées : amélioration de la compétitivité, diminution de la fiscalité, assouplissement des normes administratives…

Le mérite : la droite a fait du mérite une valeur cardinale qu’elle oppose à l’assistanat. Ainsi, le principe de solidarité nationale est conditionné par des devoirs : par exemple, les allocations chômages ne se justifient qu’en contrepartie de la recherche active d’un emploi. La droite est de la même manière très attachée aux bourses au mériteet propose d’étendre la sélection sur dossier ou concours à l’université.

Autorité et ordre : la droite est attachée à l’ordre etl’autorité. Elle soutient l’idée de durcir les sanctions et fustige les politiques judicaires « laxistes » des gouvernements socialistes. Elle  demande aussi  à ce que la police ait davantage de moyens et soit plus soutenue.

Frontières et Europe des Nations : les électeurs de droite sont favorables à un contrôle rigoureux des frontières, ainsi l’immigration doit être maitrisée et doit être en adéquation avec les besoins et la capacité d’accueil du pays. Les nouveaux arrivantssont alors tenus de faire un effort d’intégration et d’assimilation s’ils sont appelés à rester sur le territoire national. La droite est également pro-européenne mais elle croit davantage à une Europe des Nations qu’au projet fédéraliste des « Etats-Unis d’Europe ».

4 courants et mouvements internes :

Il existe de nombreux mouvements et micro-partis au sein du parti des Républicains. François Fillon est, par exemple, aujourd’hui soutenu par le mouvement politique Sens Commun issue de la Manif’ Pour Tous alors que de son temps, Nicolas Sarkozy pouvait compter sur le soutien sans faille du courant interne la Droite Forte fondé par Guillaume Peltier et Geoffroy Didier. On peut toutefois dégager quatre grandes tendances :

En Marche !

En Marche !

La France Insoumise

La France Insoumise