"Vivre libre ou mourir", la tribune des Jeunes avec Marine

"Vivre libre ou mourir", la tribune des Jeunes avec Marine

« Vivre libre ou mourir ». Cette devise de la Révolution française résonne, à travers cette campagne incertaine, comme un cri de vérité. Il en va de l’enjeu même de cette élection présidentielle : redonner à la France et au Peuple leur liberté, ou accepter de la voir s’effacer aux bénéfices de la Commission européenne, des puissances financières, des apôtres du mondialisme. Jamais ce choix n’avait été aussi clair auparavant : la France ou le Système.

Depuis plus de quarante ans, les gouvernements de droite comme de gauche ont soumis la France au libre-échange à tout va, ruinant notre agriculture et notre tissu industriel, à la société du « marche ou crève », pourvoyeuse de près de 7 millions de chômeurs et de 9 millions de pauvres Français, à l’effacement des frontières nationales, délivrant la Patrie à la submersion migratoire, au communautarisme et au terrorisme islamiste.

Ces idéologies, ces rêves, ces paradis artificiels sont encore, aujourd’hui, portés par des candidats à la Présidence de la République –menés, en tête, par le produit du système financier-politique, Emmanuel Macron. Accepterons-nous de laisser à ces fous mondialistes l’avenir de notre pays ? Non. Et ce non, est majoritairement porté par celles et ceux qui incarnent l’avenir de la Nation : la jeunesse.

La jeunesse, toujours, a aspiré à bousculer les codes établis, à refuser l’immobilisme, pour se donner elle-même les moyens de réussir, de fonder un foyer, de vivre ses rêves en toute sécurité. Notre génération est, par définition, diverse, aux multiples visages, et unie dans ce désir de changement, d’alternative réelle. Notre génération, comme certains de nos anciens peuvent le croire, n’a pas abandonné les luttes politiques faute d’intérêt, de curiosité, de passion pour le bien commun. C’est faux ! Notre génération est politique. Elle se mobilise chaque jour sur le terrain, de la discussion à la cantine de l’école à l’engagement associatif ; sur les réseaux sociaux, comme elle l’a massivement fait contre la Loi Travail. 

Mais encore faudrait-il qu’elle puisse se faire entendre dans nos institutions. Car à la crise économique, sociale et culturelle, s’ajoute une crise démocratique. Dans ce sens, Marine entend rendre le pouvoir au Peuple en recouvrant notre souveraineté nationale, en instaurant la proportionnelle au sein de l’Assemblée nationale, en mettant en œuvre un véritable référendum d’initiative populaire que pourront déclencher 500 000 citoyens.

Le gouvernement n’a pas à craindre le Peuple : toute son action ne doit être menée que pour lui et avec lui.

Marine Présidente, c’est aussi assurer une politique au bénéfice des Français d’abord. Par l’inscription de la priorité nationale dans notre Constitution, l’accès aux aides sociales, au logement et à l’emploi sera confié prioritairement aux Français. Un choix que nous assumons, d’autant plus urgent et nécessaire quand la France compte 3 millions de jeunes vivant sous le seuil de pauvreté, 7 jeunes sur 10 éprouvant des difficultés pour se loger, 1 Français sur 3 renonçant à se soigner faute de moyens.

Notre gouvernement apportera toute son attention non plus aux tenants de l’ISF et de l’AME, mais au Peuple de France.

Parce que nous faisons le choix de la France, de la protection de son modèle social et de son identité, nous choisissons Marine.

Les Jeunes avec Marine

@FNJ_officiel

Pourquoi nous soutenons Benoît Hamon !

Pourquoi nous soutenons Benoît Hamon !

Pourquoi nous soutenons Jean Lassalle !

Pourquoi nous soutenons Jean Lassalle !