Mélenchon, son programme au-delà de l'augmentation du SMIC.

Mélenchon, son programme au-delà de l'augmentation du SMIC.

La 6ème République

Comment ? Jean-Luc compte charger une Assemblée de rédiger une toute nouvelle Constitution. En son sein AUCUNE personne ayant été député ou sénateur depuis 1958 ne sera acceptée - ce qui promet un renouvellement profond des décideurs en France! En plus : ces mêmes « exclus » ne pourront se présenter aux premières élections législatives de la nouvelle République (au passage les personnes condamnées pour corruption seraient interdites d’élection). Une fois le nouveau texte rédigé, il sera soumis à notre approbation par référendum. Pourquoi ? Mélenchon entend donner le pouvoir au peuple. De nombreuses propositions l’illustrent. Comme Hamon ou Le Pen, il veut mettre en place un référendum d’initiative populaire ou encore la possibilité pour les citoyens de proposer une loi au Parlement. Plus original : il souhaite rendre possible pour les citoyens de révoquer (virer) un élu au cours de son mandat.

Dans le même genre, Jean-Luc entend supprimer le Sénat et le remplacer par une Assemblée de « l’intervention populaire et du long terme », qui rendrait des avis sur les possibles lois. En fait, il veut que les citoyens participent pour de vrai. Pour cela, il propose «  un congé républicain » qui nous permettrait de nous investir dans la vie politique. Jean-Luc s’intéresse aussi au vote en soi :  il souhaite qu’il devienne obligatoire et dès 16 ans, mais aussi reconnaître le vote blanc.

Enfin : comment faire pour avoir de bons petits citoyens ? Service citoyen obligatoire, d’une durée de 9 mois, avant l’âge de 25 ans. Un service de missions d’intérêt général qui serait rémunéré au SMIC (et où on pourrait passer le permis gratos!).

Liberté et émancipation. La nouvelle Constitution made in Mélenchon serait aussi un texte protecteur de libertés et même de nouveaux droits pour l’émancipation de tous. Ce qui est important, c’est que le fait d’inscrire un droit dans la Constitution le rend quasiment « intouchable » car la Constitution est au dessus de tout. Ainsi, Jean-Luc aimerait y voir apparaître : le droit à la contraception, à l’IVG, de mourir dans la dignité (même avec assistance), le droit à la PMA pour toutes les femmes ou encore l’interdiction de la GPA. En plus, Mélenchon veut y inscrire le combat de la République contre toutes les discriminations (basées sur « genre, handicap, apparence, couleur de peau, âge, orientation sexuelle, religion, croyance, origine sociale, fortune  »). D’ailleurs, dans le même esprit, il souhaite faciliter l’accès à nationalité française pour les personnes étrangères vivant légalement sur le territoire.

Sécurité  : Police de proximité et fin de l’état d’urgence

Si Jean-Luc cherche à apaiser les tensions avec la police, il est clair qu’il s’intéresse particulièrement aux « bavures » côté flic. Ainsi, il souhaite interdire le taser et le flashball, porter à 2 ans la formation des policiers ou encore mettre en place des récépissés de contrôle d’identité pour lutter contre le racisme et les discriminations. En gros : il veut mettre en place une véritable police de proximité. Mais d’un autre côté, il souhaite renforcer les moyens humains et matériel des forces de sécurité - en augmentant notamment le nombre de policiers et gendarmes. Enfin, Mélenchon entend aussi surtout changer les priorités de la police en les amenant à se pencher sur les « délinquants en col blanc en lien avec le fisc ».

Coté terrorisme : sortie de l’état d’urgence car il « ne protège pas mieux » et renforcement du contrôle du juge des opérations de lutte contre le terrorisme pour le respect des libertés et droits fondamentaux.

Le monde du travail : « Travailler moins pour travailler tous »

Droits des salariés : Jean-Luc entend les assurer et même les renforcer. Cela passe tout d’abord selon lui, comme pour Hamon, par la suppression de la loi El-Khomri ou encore la création d’un droit de veto pour les comités d’entreprise sur les plans de licenciements. Mais Mélenchon va plus loin. Il souhaite par exemple interdire les licenciements boursiers.

Temps de travail : Pour Jean-Luc comme pour Benoit, le travail se fait de plus en plus rare aujourd’hui et il convient donc de le partager afin que chacun puisse travailler. Pour Mélenchon plus précisément, ça veut dire : 6ème semaine de congé payé, aller vers les 32 heures et la semaine de 4 jours de travail, mais aussi retraite à 60 ans.


Salaires : Mais qui dit moins de travail dit moins de salaire non ? Jean-Luc n’est pas de cet avis. En effet, il compte immédiatement augmenter le salaire minimum de 16%, le portant à 1326 euros net pour 35 heures. Mais sa vraie solution c’est surtout de corriger les inégalités profondes entre les salaires. Comment ? En instaurant un salaire maximum autorisé pour les dirigeants d’entreprise. Mélenchon veut par là limiter l’écart de 1 à 20 entre le salaire le plus bas et le plus haut dans une entreprise.

Droits sociaux : du très nouveau ! Ce que l’on retient en premier c’est l’instauration de l’allocation familiale dès le premier enfant (reçue seulement à partir du deuxième aujourd’hui). Mais plus généralement, Jean-Luc veut plus de protection pour les Français. C’est ainsi qu’il prévoit de créer par exemple un « droit opposable à l’emploi ». Un projet très ambitieux qui ferait qu’en cas de chômage de longue durée, l’Etat devrait obligatoirement proposer un emploi à ceux qui n’en ont pas, en lien avec leurs qualifications, sur une mission d’intérêt général. Le combat de Jean-Luc est en fait surtout contre la pauvreté. C’est ce qui le pousse notamment à proposer la création d’une « garantie dignité » pour assurer que personne ne vive en dessous du seuil de pauvreté ou encore à se donner l’objectif « zéro sans-abri ». Pour assurer une vie « digne » à tous les Français, Mélenchon entend  par ailleurs rendre gratuites les quantités d’eau, électricité et gaz « indispensables », mais aussi interdire les expulsions sans relogement derrière.

Santé et société : des points communs avec Hamon … La santé c’est aussi un peu les droits sociaux, donc forcément Jean-Luc, ça l’intéresse. Il souhaite notamment que les soins prescrits soient toujours remboursés à 100%. Mais la santé c’est aussi liée au monde du travail. L’insoumis entend ici faire de la souffrance au travail une « grande cause nationale » notamment, comme Benoit, en reconnaissant le burn-out. Un autre point qui les rapproche : le cannabis. Mélenchon souhaite légaliser et encadrer sa consommation. Sa production et sa vente seraient contrôlées par l’Etat qui imposerait par ailleurs une taxe sur le cannabis. Tous ces sous seraient ensuite consacrés à des programmes de lutte contre l’addiction et de désintoxication. Dans la catégorie « société » on va forcément dire deux mots de l’école. Et là encore les changements annoncés sont importants : scolarité obligatoire de 3 à 18 ans, mixité sociale à l’école (pour de vrai), et, ce qui va intéresser les parents : gratuité réelle de l’école (y compris cantine, transports etc).

Taxes et Impôts : la recherche de Justice Sociale

Pour l’impôt sur le revenu, le but de Mélenchon est de le rendre plus adapté à chacun. Ainsi, Jean-Luc Président instaurerait 14 tranches différentes contre 5 aujourd’hui (chaque tranche correspondant à un certain revenu qui paye un certain montant). De plus, il renforcerait l’impôt sur la fortune (impôt sur les plus grandes fortunes de France que Fillon veut supprimer). Du côté de l’impôt sur les sociétés, deux mesures à retenir : Mélenchon veut le transformer pour mettre sur un pied égalité les petites/moyennes entreprises et les grands groupes + moduler l’impôt selon l’usage qui est fait des bénéfices de l’entreprise - impôt réduit s’ils sont réinvestis en France, impôt plus élevé s’ils vont aux actionnaires.

Ecologie : la « règle verte »

C’est un des points qui le rapproche de Benoit Hamon : l’importance de l’écologie. Le candidat de la France insoumise nous promet 100% énergies renouvelables en 2050, la fin des « grands projets inutiles » (comme Notre Dame des Landes) mais aussi des OGM, du gaspillage et l’obligation du recyclage. Toutefois, conscient que beaucoup sont encore indifférents face à la catastrophe écologique, Mélenchon veut mettre en place des armes juridiques pour lui permettre d’appliquer tout ça « pour de vrai ». Ainsi, il souhaite inscrire une « règle verte » dans la Constitution : « ne pas prélever sur la nature davantage que ce qu’elle peut reconstituer, ni produire plus qu’elle peut supporter ». Plus inédit encore : Jean-Luc veut créer un crime international d’ « écocide » jugé par la Cour Pénale Internationale ou un nouveau tribunal mondial écologique ! 


Politique étrangère : « l’indépendance »

Côté politique étrangère, Jean-Luc veut faire le ménage parmi les nombreuses organisations internationales auxquelles la France participe. Sortir de l’OTAN, du Fonds monétaire international, de la Banque mondiale, de l’Organisation mondiale du commerce. Mélenchon ne reconnait que l’ONU comme organe mondial légitime. Ainsi, c’est en son sein qu’il compte mener ses grands projets internationaux : « coalition universelle » en Syrie ou encore Organisation mondiale des migrations pour gérer l’accueil des réfugiés dans de bonnes conditions. Plus généralement, Jean-Luc nous annonce une nouvelle ère de coopération internationale autour du spatial, de l’écologie mais aussi la protection des droits sociaux et de l’emploi dans les traités commerciaux. 

par Mathilde Verron

Politique: entre fake news et désinformation

Politique: entre fake news et désinformation

Marine Le Pen : un virage féministe ?

Marine Le Pen : un virage féministe ?