Rechercher sur le site !

Que pense Hollande de la polémique Lagarde ?

Que pense Hollande de la polémique Lagarde ?

Ce n’est pas encore la pétition de l’année, mais elle connaît un franc succès avec plus de 203,000 signataires. Cette pétition, c’est celle réclamant “un vrai procès” pour la patronne du FMI, ancienne ministre et proche de Nicolas Sarkozy, Christine Lagarde.

Il faut dire que, chose rare, Madame Lagarde est reconnue “coupable de négligence”... mais dispensée de peine. Un jugement qui fait bondir et qui renforce le sentiment d’une justice à deux vitesses au profit “des puissants”.

Qu’en pense Hollande ?

En apprentis journalistes que nous sommes, nous aurions adoré pouvoir interroger le président sur son point de vu quant au jugement rendu, lui qui semble si bavard… Mais, il faudra nous contenter du fameux “Un président ne devrait pas dire ça…” (Éditions Stock) pour nous aider à imaginer ce qu’il doit en penser.

Dans l’ouvrage, si François Hollande n’aborde pas directement le verdict rendu dernièrement (postérieur à la publication), il aborde sans ambiguïté la question de la juridiction d’exception ici décriée : la CJR (Cours de Justice de la République), ainsi que la question de la mise en examen de Christine Lagarde à l’été 2014. Et, comme à son habitude, le président ballote. La force (ou pas) de la synthèse.

Ainsi, l’on (re)découvre que si Hollande n’est pas favorable à la CJR qu’il qualifie "d'entrave à la justice" il ne souhaite pas pour autant voir Christine Lagarde en difficulté (au risque d'être contraint de démissionner du FMI) "ça ne serait pas bon pour la France, ça ne serait pas bon pour l'Europe parce qu'on perdrait ce poste**"). A ça ajoutons que le Président s'inquiète sérieusement que les affaires "discréditent toute la classe politique (...)***".

En synthèse ?

Un président opposé à la CJR, mais qui dans le même temps préfère voir
Lagarde tranquillisée à la tête du FMI, tout en s’inquiétant des conséquences sur l’opinion.

Hollande avait promis de supprimer la CJR

La Cour de Justice de la République est une juridiction d’exception dédiée aux ministres. Concrètement, c’est elle qui juge les anciens ministres lorsqu’ils sont susceptibles de s’être rendus coupables d’une infraction durant leur mandat ministériel. Une Cour très critiquée, notamment de part sa composition: 15 juges dont 6 députés et 6 sénateurs. Autant dire que la proximité entre les anciens ministres et ces 12 personnalités paraît évidente.

Un drôle de tribunal qu’Hollande, alors candidat, s'était engagé à supprimer :

Je ferai voter une loi supprimant la Cour de Justice de la
République. Les Ministres doivent être des citoyens comme les autres.
#FH2012

Une promesse compliquée, car elle sous entend une révision constitutionnelle et donc, le soutien d’une partie du centre et de la droite…. dans un pays ou s’opposer prime sur le fait d’avancer. Si Hollande a donc bien essayé, en mars 2013, sans surprise, il ne sera pas suivi. Une promesse relancée en 2014, sans résultat.

La CJR est-elle amenée à disparaître ?

Sous la pression de l’opinion, on peut imaginer que la juridiction finira par disparaître. C’est en tout cas ce que promettent notamment Mélenchon ou Valls. Quant à Fillon ou Le Pen, ils n’abordent même pas la question. Nos politiques auront-ils un jour l’audace d’écouter l’opinion pour acter sa suppression… rien n’est moins sûr.

* p288/**p409/***p403

par Ludovic Badeau

image issue du Figaro

 

Les candidats de l’ultra droite française

Les candidats de l’ultra droite française

Les meilleures punchlines politiques de la semaine !

Les meilleures punchlines politiques de la semaine !