Rechercher sur le site !

La campagne présidentielle de 2017 sera-t-elle écologique ?

La campagne présidentielle de 2017 sera-t-elle écologique ?

Les prochaines échéances électorales approchent à grands pas. Le 23 avril et 7 mai prochain, les Français devront choisir leur nouveau ou nouvelle président(e) de la République pour 5 ans. Pour se faire, nombreux sont les débats concernant le service public, l’immigration, l’éducation, le droit du travail… Ces sujets divisent à la fois la droite et la gauche mais également à droite comme à gauche. Cependant, l’écologie semble être le vilain petit canard pour certains alors qu’elle est le centre de gravité pour d’autres. 1 an après le succès (relatif) qu’a été la COP21 à Paris, quelle est la place de l’écologie dans la campagne présidentielle de 2017 ?

A droite, on boude (à moitié) l’écologie.

Concernant le candidat de la droite François Fillon, l’écologie n’apparaît pas dans ces « 15 mesures phares ». Les questions traitant de la protection de l’environnement sont donc reléguées au second plan. Cependant, des mesures pour une transition écologique sont tout de même énoncées.

Une des mesures clefs de François Fillon est donc de réduire les émissions de gaz à effet de serre en instaurant le prix de la tonne de carbone à 30€ contre 8€ actuellement. Késako ? En Europe, chaque pays a un quota d’émission de CO2 à ne pas dépasser. Si le pays ne dépasse pas son plafond d’émissions de CO2, il a le droit de revendre ce qu’il lui reste à un autre pays. Ainsi, les pays les plus consommateurs achètent aux pays les moins consommateurs ce qu’il reste de leur quota d’émissions de CO2. En augmentant le prix à la tonne du CO2, François Fillon souhaiterait inciter les pays les plus consommateurs à ne plus miser sur les énergies fossiles.

Néanmoins, François Fillon n’est pas le candidat de droite le plus écologiste. Il défend le projet de Notre-Dame-Des-Landes, il propose  d’ « abroger par ordonnance toutes les normes ajoutées aux textes européens » et sa dernière mais non la moindre proposition est de supprimer le principe de précaution… Aïe.

A l’extrême-droite, le bilan est également en demi-teinte. La candidate du Front National, Marine Le Pen penche pour une « écologie patriote », c’est-à-dire une écologie basée sur la lutte contre le libre-échange. Selon Marine Le Pen, lutter contre le libre-échange serait un moyen de lutter contre le réchauffement climatique. En produisant « au plus près » les émissions de gaz à effet de serre seraient réduites. La candidate du Front National est également contre l’exploitation du gaz de schiste, contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes et propose même d'inciter les français, via un prêt à taux 0, d’effectuer des travaux de rénovation thermique. Enfin, elle souhaite que le secteur automobile français investisse dans la voiture à hydrogène qui représenterait le futur du monde automobile.  

Chose sûre, la politique écologique de Marine Le Pen est surtout basée sur l’agriculture et le retour aux valeurs portées par la terre, ce qui a toujours été ancré historiquement dans le discours du Front National.

Emmanuel Macron : on ne l’entend pas hurler sur l’écologie

Le candidat « ni de gauche ni de droite » fait beaucoup parler de lui. Cependant, concernant l’écologie, il reste encore très discret. Rappelons tout de même que Emmanuel Macron est à l’origine de la démocratisation du transport en car, un mode de transport carboné, ce qui avait provoqué de vives critiques au sein des écologistes. Cependant, dans son livre-programme Révolution, Emmanuel Macron donne sa vision de l’écologie. Il mise ainsi sur les “clean-tech”, c’est-à-dire les innovations scientifiques mises au service de l’écologie. Dans la même veine, il avait déclaré lorsqu’il était encore ministre de l’économie que « l'avenir du diesel passe par l'innovation » se positionnant ainsi en tant que défenseur du diesel. Il avait donc tenu tête à Anne Hidalgo qui avait affirmé vouloir éradiquer le diesel à Paris d’ici 2020. Emmanuel Macron est certes en marche (à pied, bien entendu), mais concernant l’écologie il semble avoir encore du chemin à parcourir.

L’écologie : un thème clef du débat à gauche

Pour 2017, la gauche semble s’être emparée des questions relatives à la protection de l’environnement. En effet, tous les candidats déclarés sont pour la transition écologique. Pour tous, la lutte contre le réchauffement climatique peut créer une « croissance verte » en créant des emplois (et en supprimant certains tout de même, notamment dans le nucléaire). Néanmoins, des différences persistent entre chaque parti et entre chaque candidat.

Au sein du PS, Benoît Hamon s’avère être le candidat le plus “écolo”.  En proposant 12 mesures clefs, le candidat de l’aile-gauche du PS souhaite charmer la gauche écologiste. Parmi ces mesures : un plan de sortie du diesel à l'horizon 2025, la création d’une TVA différenciée pour « mettre la finance au service de la transition écologique », l’arrêt du projet de Notre-Dame-Des-Landes...

Arnaud Montebourg, lui, propose l’instauration de la taxe carbone sur les importations qui serait, selon lui, « un protectionnisme raisonnable, utile et de bon aloi, décidé dans l’intérêt collectif des habitants de la planète ». L’ancien ministre de l’économie et du redressement productif qui se place “au coeur des différentes gauches” n’a cependant rien proposé d’autre pour le moment.

Manuel Valls et Vincent Peillon n’ont pour l’instant proposé aucunes réformes concernant la transition écologique et défendent le bilan du gouvernement. Vincent Peillon affirme que « les cinq années du quinquennat n'ont pas rien fait. Il n'est pas vrai qu'il n'y a rien eu. » Il cite notamment le succès de la COP21, la loi de transition énergétique, la loi de reconquête de la biodiversité, l’interdiction des sacs plastiques…

La candidate du PRG, Sylvia Pinel, elle, a affirmé vouloir « bâtir un projet écologique au service du développement de notre économie et de nos territoires. » Pour cela, elle propose une approche très européenne : pour elle, il faudrait définir « une stratégie commune d’indépendance énergétique » à l’échelle européenne, intervenir en priorité dans le domaine du transport énergétique notamment en créant « une agence européenne des réseaux et une entreprise paneuropéenne fusionnant les gestionnaires de réseaux nationaux. » De plus, la candidate du PRG propose de suivre une politique sociale de l’énergie « afin de garantir l’accès de tous à l’énergie à un prix compétitif ». Elle propose également d’être plus répressif avec les bailleurs : elle défend l’idée d’une « contribution complémentaire à la taxe foncière pour les logements mal isolés », par exemple.

Du côté des candidats écologistes, la question ne semble pas se poser. Pour eux tous (que cela soit le candidat de EELV ou celui du Parti Ecologiste !) la campagne de 2017 sera écologique. Yannick Jadot, l’homme qui a fait de l’ombre à Cécile Duflot en remportant la primaire de EELV prône le rétablissement de la taxe poids-lourds, propose de taxer davantage le diesel (pas seulement en finir avec l’avantage fiscale sur l’essence, mais le taxer encore plus que l’essence), défend l’idée de lutter contre le CETA et le TAFTA qui sont dangereux pour l’environnement tout comme l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes. Au niveau du candidat du Parti Écologiste !, François de Rugy, les propositions sont sensiblement les mêmes : viser les 0% de transport terrestre carboné en 2025, miser sur la végétation urbaine, favoriser les modes de transport doux, entre autres.

Enfin, le candidat de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, qui a obtenu le soutien du PCF, base son programme sur l’écologie. En effet, celui qui s’autoproclame de l’écosocialisme a une panoplie de propositions concernant ce qu’il qualifie de « planification écologique » notamment l’inscription dans la Constitution de la « règle verte » en opposition à la règle d’or budgétaire c’est-à-dire ne prendre à la nature que ce qu’elle peut nous donner. Concernant le projet d’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes, il est bien entendu contre.

A droite comme à gauche : la question du nucléaire divise 

La question du nucléaire est complexe. En effet, le nucléaire ne produit pas de CO2 (ou peu si on prend on compte l’extraction des gisements), ce gaz à l’origine du réchauffement climatique. Le nucléaire pourrait donc être une forme d’énergie verte, peu polluante. Cependant, le nucléaire pose d’autres problématiques pour l’homme ainsi que pour l’environnement. En cas d’accidents (comme à Tchernobyl ou plus récemment à Fukushima), les conséquences sur l’homme (radiations, brûlures amenant au décès) et sur l’environnement (terres stériles, invivables, écosystèmes complètement morts) sont désastreuses. De plus, aucune solution n’a encore été trouvée pour se débarrasser des déchets nucléaires (dont certains sont dangereux entre 100 et plusieurs milliers d’années après avoir servi). Le stockage et l’enfouissement à de grandes profondeurs sont pour l’instant les seuls moyens de limiter la fuite de déchets nucléaires mais restent controversées et très coûteuses.   

A droite, on est pour conserver le nucléaire. François Fillon est un fervent défenseur du nucléaire. Il souhaite en effet revivifier le nucléaire français notamment en « prolongeant la durée d’exploitation des réacteurs existants de 40 à 60 ans » au détriment du développement des énergies renouvelables qui se fera progressivement. Marine Le Pen, tout comme François Fillon, défend le nucléaire. Elle ne souhaite pas en sortir car il produit peu de CO2 et veut renationaliser EDF à 100%. Pour elle, abandonner le nucléaire serait « se tirer une balle dans le pied ». Néanmoins, elle est pour le développement des énergies renouvelables. La filière nucléaire française reste aujourd’hui la troisième filière industrielle en France après l’automobile et l’aérospatial. 

Du côté d’Emmanuel Macron, comme toujours, l’ancien homme d’affaires se détache de ses concurrents. Concernant le nucléaire ? Emmanuel Macron, celui qui a une vision d’avenir pour la France, propose… rien. Le mot « nucléaire » n’apparaît même pas dans son livre. C’est ballot. 

A gauche, le discours est tout autre. Pour Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, François de Rugy et Yannick Jadot, la sortie du nucléaire est indispensable. Selon Yannick Jadot, la sortie du nucléaire serait « un changement complet de modèle de société pour en finir avec la centralisation, l’opacité, la rente et la complaisance avec les régimes dictatoriaux ». Sa proposition ?  100% d’énergies renouvelables en France d’ici à 2050. Jean-Luc Mélenchon, François de Rugy ainsi que Benoît Hamon vise également cet objectif. Sylvia Pinel, de son côté, propose de diminuer la part de nucléaire en France sans toutefois donner de valeurs chiffrées.


Les seules voix dissidentes à gauche concernant le nucléaire sont celles de Manuel Valls et d’Arnaud Montebourg. En effet, à l’heure d’aujourd’hui, Arnaud Montebourg ne propose aucune mesure contre. Il a même déclaré dans L’Emission Politique sur France 2 : « le nucléaire reste un mal nécessaire ». Manuel Valls, lui, avait déclaré en 2012 que le nucléaire était « incontestablement » et « évidemment » une filière d'avenir. Reste à savoir si, depuis 2012, Manuel Valls a changé d’avis sur le nucléaire comme il a changé d’avis sur l’article 49 al.3.

par Christophe Hosébian

image de couverture issue du Parisien


NB : Certains candidats n’ont pas encore sorti leur programme complet. Les propositions indiquées ici sont donc extraites d’interviews politiques, de débats, de meetings… Néanmoins, la plupart des propositions proviennent des sites de campagne de chaque candidat. Pour plus d’informations et de détails (pour avoir l’intégralité des propositions par exemple), la Rédaction vous conseille de vous diriger directement sur les sites de campagne des candidats. La liste des propositions citées concernant l’écologie ici est donc non-exhaustive et des changements peuvent s’opérer.

 

Les meilleures punchlines politiques de la semaine !

Les meilleures punchlines politiques de la semaine !

Quelle est la position américaine actuellement en Syrie ?

Quelle est la position américaine actuellement en Syrie ?