Pourquoi je soutiens Jean-François Copé à la primaire de la droite !

Pourquoi je soutiens Jean-François Copé à la primaire de la droite !

Notre pays compte à ce jour plus de 6 millions de chômeurs dont 25% des moins de 25 ans en font partie. Plus de 150 000 jeunes quittent chaque année le système scolaire sans formation ni diplôme. Aussi, de nombreux diplômés et entrepreneurs s’expatrient faute de perspectives d’avenir en France. Face à cette situation dramatique, l’action et le résultat devraient être les seuls objectifs du gouvernement. Pourtant, le Président de la République, s’enferme dans une posture de commentateur, terrible aveu d’impuissance auquel assiste une jeunesse trahie et abandonnée.

Incapable de mener les réformes structurelles sans reculer face aux pressions des syndicats et aux revendications d’une gauche déconnectée, il poursuit inlassablement une politique marquée du sceau du renoncement comme en témoigne l’énième détricotage de la loi travail réduite à peau de chagrin, balayant l’espoir qu’avait pu susciter le projet de fluidification de notre droit du travail.

2017 constitue le rendez-vous de vérité pour préparer l’avenir et redresser notre pays. Dans cet esprit, nous avons fait le choix de soutenir Jean-François Copé et nous avons l’honneur de porter sa voix auprès de la jeunesse de notre pays.

Jean-François Copé a établi un diagnostic précis sur les difficultés économiques et sociales ainsi que sur le sujet majeur de la crise de commandement que traverse notre pays. Son programme est chiffré, précis et ambitieux, sa méthode est posée ; le recours aux ordonnances sur le modèle du général de Gaulle en 1958. Alors que certains candidats l’ont rejoint sur cette idée, d’autres continuent de prôner un recours aux référendums que nous considérons comme une occasion manquée de réformer. Le Président doit avoir pour seule ligne directrice le programme sur lequel il a été élu.  C’est ainsi qu’on limitera la défiance du peuple vis-à-vis des politiques, qui ont, tous bords confondus – et toute proportion gardée – abandonné l’idée d’une obligation de résultat au profit malheureux d’une obligation de moyens.

Maire de Meaux, ville populaire de 55.000 habitants en Seine-et-Marne, Jean-François Copé a prouvé que le courage, la méthode et la détermination d’un responsable politique pouvait conduire à des résultats concrets et durables. Logements, réussite scolaire, sécurité, emploi : le respect de ses engagements est au cœur du contrat qu’il propose à ses administrés qui le plébiscitent lors de chaque élection. Jean-François Copé est également un homme d’expérience. Il est le dernier ministre du Budget à avoir fait baisser les dépenses, la dette, le déficit et les impôts pendant son mandat entre 2004 et 2007. Fidèle à ses convictions, il porte depuis de nombreuses années la « droite décomplexée » qui nomme les choses et qui a le courage d’agir. Ce n’est ni une droite qui a la main qui tremble sous la pression de syndicats minoritaires ou des sondages, ni une droite populiste qui s’en tient à constater le déclin français et à flatter son électorat par pure démagogie.

L’objectif est fixé : d’ici 10 ans, la jeunesse doit retrouver foi en son avenir en France. La pierre angulaire de ce projet réside dans l’école républicaine, creuset dans lequel les valeurs de la communauté nationale doivent être transmises dès le plus jeune âge et tout au long de la scolarité. En découle une approche résolument différente qui replace le mérite, l’autorité, l’excellence et le gout de l’effort au cœur du système scolaire. Face aux trop nombreux échecs des étudiants en première année d’université, l’accès à l’enseignement supérieur doit évoluer, à travers une orientation vers des filières professionnelles dès 14 ans et avec une réflexion sur la sélection à l’entrée à l’université.

Favoriser le développement de l’apprentissage en plaçant cette compétence sous la responsabilité exclusive de l’Education Nationale, mettre en place un service civique obligatoire, attribuer un numéro SIRET à tous dès l’âge de 16 ans, exonérer d’impôts sur les sociétés tous les entrepreneurs de moins de 26 ans, généraliser les internats d’excellence, l’initiation à la création d’entreprise au sein des ZEP et de filières entrepreneuriales dans tous les cursus universitaires, ou encore encourager les bourses au mérite,  voilà des propositions concrètes qui nous permettront de retrouver le chemin vertueux de l’emploi et de la réussite.

Celles-ci emportent à la fois notre entière adhésion, mais également l’espoir d’avoir à la tête de notre pays un homme conscient des évolutions de notre société, de notre siècle et des défis qui en découlent : transformation de l’organisation du travail, développement des nouvelles technologies, avènement du numérique et nouveaux enjeux de politique étrangère…

Saisissons ces opportunités et profitons de ce nouvel environnement pour repenser le système éducatif, la formation et l’entreprenariat afin d’aborder la réussite à travers la diversité des parcours qui y conduisent. Reconsidérons l’apprentissage et l’entreprenariat.

C’est donc pour retrouver un chef d’Etat qui commande sur un projet visant à déverrouiller les blocages de notre pays, à libérer les énergies positives et à faire rayonner la France à travers le monde que nous nous engageons auprès de Jean-François Copé pour la victoire le 27 novembre prochain et au-delà.

 

Sophia Bahri, Déléguée Nationale des Jeunes Républicains - @Sophia_Bahri 

Jordan Jablonka, Responsable Départemental adjoint des Jeunes Républicains (75) - @JordanJablonka

Responsables nationaux des Jeunes avec Copé - @JeunesAvecCope 

 

 

Les meilleures punchlines politiques de la semaine !

Les meilleures punchlines politiques de la semaine !

Les (faux) profils LinkedIn des candidats à la primaire de la droite