Rechercher sur le site !

Le récap' du premier débat de la primaire de la droite !

        Le premier débat de la primaire de la droite et du centre c’était jeudi soir ! Pas de grandes surprises : les candidats ont campé sur leurs positions mais ont tout de même échangé quelques punchlines et tous déclaré qu’ils soutiendraient le vainqueur. Si tu n’as pas pu le regarder ou suivre notre live tweet voici le résumé :

Bruno Le Maire :

Sa proposition choc : Privatiser pôle emploi.

Sa punchline : “Si vous voulez que tout continue comme avant, vous avez tout ce qu’il faut sur votre plateau" 

Son débat résumé en un gif:

Pas le plus éclatant, Bruno Le Maire a en tout cas joué à fond la carte du renouveau... jusque dans la tenue puisqu’il était le seul homme à ne pas porter de cravate.   

Pas le plus éclatant, Bruno Le Maire a en tout cas joué à fond la carte du renouveau... jusque dans la tenue puisqu’il était le seul homme à ne pas porter de cravate.   

 Alain Juppé

Sa proposition choc : La dégressivité des allocations chômages avec le temps.

Sa phrase choc : "Je suis prêt et déterminé."

Son débat résumé en un gif :

Hier soir, plus que jamais, Juppé était l’allégorie de la force tranquille. Vraiment tranquille.

Hier soir, plus que jamais, Juppé était l’allégorie de la force tranquille. Vraiment tranquille.

Nathalie Kosciusko-Morizet

Sa proposition choc : Dépénaliser le cannabis.

Sa punchline : "Le recyclage ça marche pour les déchets, pas pour les idées."

Son débat résumé en un gif :

Parce qu’on ne s’est toujours pas remis de sa punchline.

Parce qu’on ne s’est toujours pas remis de sa punchline.

Nicolas Sarkozy

Sa proposition choc : L’internement préventif des fichés S les plus dangereux.

Sa punchline : “Jean-François [Copé] tu étais bien incapable d’imposer quoi que ce soit au Premier ministre et au Président”  

Son débat résumé en un gif :

Entouré de ses anciens ministres qui lui conteste son titre de leader de l’opposition, interrogé sur ses affaires judiciaires et placé à côté de Jean-François Copé qui, à voir son sourire, rêvait de cette confrontation depuis longtemps, Nicolas Sarkozy a tout fait pour ne pas imploser... ce qui s’est vu.

Entouré de ses anciens ministres qui lui conteste son titre de leader de l’opposition, interrogé sur ses affaires judiciaires et placé à côté de Jean-François Copé qui, à voir son sourire, rêvait de cette confrontation depuis longtemps, Nicolas Sarkozy a tout fait pour ne pas imploser... ce qui s’est vu.

Jean-François Copé

Sa proposition choc : Prendre un “tournant sécuritaire total” en embauchant 50 000 fonctionnaires de police et justice supplémentaire.

Sa punchline : “Si j’avais été mis en examen, je n’aurais pas été candidat”

Son débat résumé en un gif :

Un missile qui explose en plein vol. Si Copé ne s’est pas gêné dès la première seconde du débat pour attaquer Nicolas Sarkozy, l’accusant de ne pas avoir tenu ses engagements de campagne en 2007, il n’a pas osé le lâcher publiquement sur l’affaire Bygmalion.

Un missile qui explose en plein vol. Si Copé ne s’est pas gêné dès la première seconde du débat pour attaquer Nicolas Sarkozy, l’accusant de ne pas avoir tenu ses engagements de campagne en 2007, il n’a pas osé le lâcher publiquement sur l’affaire Bygmalion.

Jean-Frédéric Poisson

Sa proposition choc : Renégocier les critères européens de Maastricht fixant à 3% le déficit public.

Sa punchline : “Je ne serai pas le chef d’Etat qui rentrerait dans une logique de police du vêtement. Je n’ai pas compris la logique d’interdire le burkini.”

Son débat résumé en un gif :

Jusqu’alors méconnu du grand public, le président du Parti Chrétien-Démocrate, a conclu par cet euphémisme: “Je veux dire ma joie d'avoir participé à cet échange”.

Jusqu’alors méconnu du grand public, le président du Parti Chrétien-Démocrate, a conclu par cet euphémisme: “Je veux dire ma joie d'avoir participé à cet échange”.

François Fillon

Sa proposition choc : Supprimer la durée légale du temps de travail qui sera fixée librement par chaque entreprise

Sa punchline : “Je découvre que le président de la République française non seulement est inefficace et incompétent, mais que c'est en plus un manipulateur." ( à propos de l'affaire Jouyet)

Son débat résumé en un gif :

Assez serein, Fillon a démontré, et rappelé, que les deux favoris (que sont Juppé et Sarkozy) pouvaient encore être battu.

Assez serein, Fillon a démontré, et rappelé, que les deux favoris (que sont Juppé et Sarkozy) pouvaient encore être battu.


 

par Fabien Marchesini

@FabienMD

image de couverture issue de : tempsreel.nouvelobs.com

 

 

 

 

 

Crise de confiance, comment parler aux Français ?

Et si la gauche n'était pas faite pour gouverner ?