Rechercher sur le site !

La citoyenneté 2.0 : le renouveau de la démocratie

ANALYSE

Désintéressement. Absention. Gérontocratie. Phallocratie. Le sentiment de citoyenneté semble, aujourd’hui, loin d’être au beau fixe. A l’heure où la défiance à l’égard du gouvernement atteint des sommets, la participation au débat politique semble pourtant habitée d’un souffle nouveau. Et la « CivicTech » y participe grandement.

La CivicTech, kézako ?

La CivicTech, c’est une offre d’outils participatifs et démocratiques directement issus du numérique et d’Internet. Ces dernières années, ces initiatives se sont multipliées, et l’éventail de propositions est infiniment large : associations, start-ups, applications, plateformes… Toutes avec le même but : rendre la participation démocratique sexy et la vie politique accessible.

Un grand pas vers la démocratie directe

Mais alors, comment faire durablement changer les choses ? A l’heure où la voix des citoyens est la pierre d’achoppement de la démocratie, où ces derniers manifestent plus que jamais leur volonté d’être écoutés, et où le gouvernement s’obstine à faire la sourde oreille, la CivicTech semble une formidable opportunité de participer aux processus décisionnels.

Il s’agit là d’un réel « empowerment » citoyen. Au programme : participer à la rédaction des lois, dialoguer avec les décideurs locaux et nationaux, mieux s’informer sur les candidats aux élections - voire, à terme, influer sur l’émergence de nouveaux candidats. En bref, abolir les intermédiaires entre le citoyen et la vie politique. Ou encore, remettre le citoyen au coeur de cette vie politique, et lui donner des moyens d’action concrets.

De nombreuses initiatives dans les différents domaines cités précédemment ont déjà été développées et voient leur succès s’accroître à toute vitesse : parmi elles, Voxe, QuestionnezVosÉlus, ou encore Démocratie ouverte.

eee
eee

Une forme de transition démocratique ?

A un an de l’élection présidentielle, si les initiatives numériques fleurissent, c’est que la demande est croissante. Lassés d’une classe politique dont le renouveau semble tout relatif, les citoyens désespèrent d’être un jour entendus. Les mobilisations actuelles montrent une volonté d’acier face à un gouvernement sourd vis-à-vis des attentes citoyennes : La pétition #LoiTravailNonMerci  a recueilli près d’1,5 millions de signatures.

C’est pourquoi ce coup de projecteur sur la démocratie participative, induit par le numérique, a du bon. Il rend les rêves de transparence et d’ouverture de l’action publique un peu plus concrets.

Le Partenariat pour un Gouvernement Ouvert donne, lui aussi, lieu à de grands espoirs. Le sommet de cette organisation se tiendra pour la première fois en France en décembre prochain, et devrait permettre le développement de mesures et d’initiatives concrètes dans l’optique d’un renforcement de la participation citoyenne.

a
a

Redorer le blason de la participation au débat public, remettre le citoyen au coeur de l’action politique : les outils numériques semblent rapprocher nos sociétés modernes de cet idéal démocratique. A nous, désormais, de nous en emparer et d’en faire bon usage.

Anne-Marie Manole

Adieu, Monsieur le Premier ministre ?

Eugénie Bastié : le féminisme en question