Loi Travail : la société civile 2.0 se mobilise

Loi Travail : la société civile 2.0 se mobilise

onvautmieuxquec3a7a_youtubeurs_loi_el_khomri.jpg

Les chiffres ne cessent d'augmenter. 50 000, 100 000, 700 000...La pétition en ligne contre la loi Travail explose les compteurs. La mobilisation contre la loi El Khomri passe avant tout par les réseaux sociaux. Le phénomène interpelle le gouvernement, qui tente, sans succès, d'entrer dans le débat. Retour sur une mobilisation en ligne sans précédent.

#onvautmieuxqueça : un hashtag viral

Tout a commencé par un hashtag, lancé par un collectif de vidéaste, dans une vidéo postée sur youtube quelques jours après l'annonce du contenu de la loi par le gouvernement . #Onvautmieuxqueça a été partagé plus de 70 000 fois sur twitter. L'idée : libérer la parole des gens, en les invitant à partager leurs mauvaises expériences du monde du travail.

Une pétition qui bat tous les records

La pétition en ligne "Loi du travail : non merci!" , postée sur la plateforme Change.org est un véritable succès. Lancée par la militante féministe passée par un cabinet ministériel Caroline de Haas, le nombre de signatures ne cesse d'augmenter, et semble parti pour atteindre le million. C'est une mobilisation sans précédent pour la plateforme : jamais un texte n'avais autant rassemblé de signataires.

Du côté des partisans de la loi, on contre-attaque avec les mêmes outils. Une pétition a été lancée par le conseiller régional LR Dominique Reynié en faveur de la loi. Elle peine pourtant à rassembler, mais montre que le débat est désormais connecté, et se joue avant désormais sur internet. On assiste a une réelle mutation complète du répertoire de l'action collective : même si les manifestations et grèves jouent toujours un grand rôle (voir ci-après), le succès de cette e-mobilisation montre que l'essentiel se joue désormais ailleurs. Victoire des idées ou symptôme d'une société qui peine à se mobiliser vraiment ?

Le gouvernement dépassé

Face à cet immense mobilisation, le gouvernement a décidé de répliquer sur les réseaux. Myriam El Khomri a répondu sous la pétition, sur la plateforme Change.org. "Cette loi permettra de gagner la bataille de l'emploi", a-t-elle affirmé. Une réponse qui n'a visiblement pas convaincu les signataires. Des centaines le lui ont fait savoir.

Sur twitter, le gouvernement tente aussi de lutter. En vain. Le lancement du compte twitter "loi travail" a été, au mieux moqué, au pire dénoncé  pour le ton condescendant de son premier tweet.

La contestation bientôt dans la rue

Si le gouvernement s'inquiète de cette mobilisation virtuelle, c'est parce qu'elle peut se transformer en vaste mouvement social. Un évènement a d'ailleurs été créé sur Facebook pour appeler à une grève générale et à de grandes manifestations le 9 mars, jour où la loi devait être initialement présentée en conseil des ministres. Finalement, la présentation a été reportée sine die.

Elle n'est à l'initiative d'aucun organisme, aucun syndicat, et résulte essentiellement d'appel citoyen sur les réseaux. Est ce le début d'un vaste mouvement citoyen de gauche, type Podemos, dans notre pays? Les manifestations du 9 mars et la suite de l'histoire nous le montrera.

Florian Cazeres

#LoiTravail: le gouvernement rentre les griffes

La #LoiTravail en un dessin