La laïcité à la française vue d'outre-Manche

Depuis le 21 janvier 2016, la préfecture du Pas-de-Calais avait ordonné le déboisement d’une bande de 100m, en bordure de la "Jungle", le long de la rocade portuaire permettant aux camions d’embarquer pour Douvres. Problème : si cette bande de 100m comptait effectivement une végétation dense qui permettait aux migrants de se camoufler pour tenter régulièrement de monter à bord des camions, une Eglise et une Mosquée avaient été également bâtis à cet endroit. Gilles Fraser, du Guardian, s’alarme au travers d’un article au titre emphatique, « France’s official blindness to religion only masks religious hatred », du manque de considération et même de respect de l’Etat Français pour les religions.

L’Etat français déteste-t-il les religions?

C’est la question que l’on est en droit de se poser à la lecture de cet article de M. Fraser. Il faut cependant rappeler que l’Angleterre et la France ne partagent pas la même rapport au religieux quand la première accorde aux religions une certaine liberté d’expression aux seins des institutions publiques et privées tandis qu’en France la laïcité prévaut.

Ici, Giles Fraser prend prétexte de la destruction de ces deux lieux de culte pour dénoncer ce qu’il estime être une persécution à peine dissimulée des religions : « Et c'est le même aveuglement 'officiel' qui a conduit la police française à ignorer que les bâtiments qu'ils détruisaient à Calais avaient une signification religieuse». Débordant largement de la problématique des réfugiés, il n’hésite pas à rappeler les condamnations de la France par les ONG Amnesty International et Human Rights Watch quant aux violations commises par des policiers à l’égard de musulmans, ou encore l’interdiction des statistiques ethniques et du port du voile à l’école publique.

La France serait donc non seulement coupable, pour cet éditorialiste du Guardian, de sa laïcité mais aussi de graves manquements en termes de droits à l’égard des minorités. Et ce serait une des raisons poussant les réfugiés à refuser l’asile en France, ce pays échouant à proposer un cadre assez souple à la pratique religieuse : « Mais pourquoi les réfugiés ne souhaitent pas demander l'asile en France? C'est en partie parce que beaucoup d'entre eux pensent que le Royaume-Uni est traditionnellement plus tolérant que la France sur les questions religieuses ».

Doit-on conclure ici que la France lutte activement contre toute forme d’expression religieuse au nom du principe de sécularité ? C’est apparemment ce qu’énonce Fraser en ces termes « Ici, le sécularisme traite la religion comme un tabou, et se manifeste elle-même comme une restriction à la prière publique ou à l'expression de l'identité religieuse. Et cette attitude est aussi neutre que celle pratiquée par les communistes envers Dieu»  et qui nous interrogent sur le manque de publicité faite à la fête de l’Aïd, célébrée chaque année à la mairie de Paris depuis 2001.

Une remise en question ?

Rien n’est moins sûr lorsqu’on se penche sur les commentaires acerbes qui font suite à cet article et qui révèlent, de manière quasi-unanime, la grande estime que les anglais portent à l’égard du principe de laïcité.

Tandis qu’un premier lecteur relève assez justement la necéssaire paix sociale : "Ainsi, La raison pour laquelle la France et d'autres pays ont adopté la 'laïcité' est qu'elle leur permet de protéger les gens des excès des religions. La 'laïcité' et le sécularisme signifient la liberté de ne pas croire pour les gens comme moi qui pensent que tout cela est inutile. La différence étant que nous vous tolérons», un autre conclura magnanimement « la religion relève du coeur, comme le sexe de la chambre à coucher, du salon, ou de la cuisine, ce sont des activitées privées, et, partant, doivent se tenir dans l'espace privé, ou bien dans un espace où les personnes sont enclines à partager. Un état séculier permet de garder les couteaux rangés. Vive la France».

Edouard d’Espalungue

 

Le phénomène Bernie Sanders ou le besoin urgent de primaires en France

Le débat politique est-il devenu un divertissement ?