Rechercher sur le site !

Stig, une application novatrice & participative

Stig, une application novatrice & participative

12699270_1543561165971588_560699268_o.jpg

Conçu avec l’ambition de produire la première vision en temps réel de la volonté générale, Stig permet aux citoyens d’aiguiller la politique de leurs élus à l’échelle locale et nationale. Avec l’assurance que les bonnes idées peuvent jaillir de n’importe qui, n’importe quand, l’app est prête à les rassembler et promouvoir les plus plébiscités.

Proposer - voter - améliorer

C’est donc sous la forme d’un outil numérique que Stig offre aux citoyens le pouvoir de voter, de proposer des idées et d’améliorer celles des autres.

Pour comparer et classer facilement les propositions citoyennes, chaque idée sur Stig se voit attribuer un score - le Stig Score.

Dans les classements, le nom de l’auteur d’une proposition n’est pas affiché pour empêcher son influence et garantir une démocratie optimale.

Avoir des idées c’est bien, les réaliser c’est mieux ! Les citoyens sont une force de proposition, quand les élus l’auront compris, toutes ces propositions pourront voir le jour…

En attendant, Stig créé « Stig Week », une future émission hebdomadaire consacrée à communiquer aux élus et auprès du public, les idées qui ont le plus de succès.

L’étape suivante ? Stig a un rêve, pouvoir un jour disposer de ses propres élus qui rapporteront directement au Parlement les idées des citoyens…

Bourrée de potentiel, cette nouvelle application de démocratie participative promet.

Entretien avec Jérémie Paret, Co-fondateur 

Vous participez à un concours de startups (La Fabrique Aviva), en quoi consiste-t-il ?

C'est un concours organisé par l'assureur Aviva sur 4 thèmes. Nous participons dans le cadre du thème "Renforcer le lien social". Il y a 1200 candidats en tout et le jury choisira les gagnants parmi les 200 candidats qui auront récolté le plus de votes sur Internet. Nous avons donc besoin de soutien ! C'est 50 000 € à la clé pour créer des emplois et nous développer. Si vous souhaitez nous soutenir voici notre page concours : 

https://lafabrique-france.aviva.com/voting/projet/vue/100

 Merci !

L’application, elle cible un public particulier ?

Nous ciblons tous les citoyens majeurs. 60% de nos utilisateurs se situent actuellement entre 25 et 45 ans. Chacun trouve son compte sur Stig, que ce soit pour proposer des idées ou simplement exprimer son opinion par le vote.

Jérémie Paret, vous êtes à l’origine de ce projet ?

Nous sommes deux cofondateurs. J'ai conçu Stig, mais sans Germain Lecourtois, CTO de Stig, il n'y aurait tout simplement pas d'application. Germain est un développeur de talent, un maître Jedi du code et s'occupe également de la sécurité des données.

Si l’identité des utilisateurs est publique, leurs choix ne risquent-ils pas d’être parfois influencés par la popularité de certains de leurs concitoyens ?

Le nom de l'auteur d'une proposition sur Stig n'est pas affiché dans les classements pour éviter son influence. Si vous accédez aux détails de l'idée, ce que nous appelons "proposition détaillée", vous y trouverez en revanche le nom de son auteur.

La seule exception vient des propositions d'élus qui comportent une petite écharpe bleue-blanc-rouge et dont le nom est affiché. Elles sont bien entendu traitées de la même manière que n’importe quelle proposition en termes de StigScore.

Selon vous, y a-t-il encore de l’avenir pour la démocratie représentative ?

C'est certain. Cela rejoint mon propos de tout à l'heure sur le fait de vouloir "disrupter" trop rapidement un milieu. Ce n'est pas parce qu'un outil révolutionnaire existe que les mentalités changent d'un seul coup, voyez Uber. Par analogie, je me demande souvent si les forgerons se sont plaints lorsqu'on a inventé les armes à feu.

Aujourd'hui, nous sommes dans l'instantanéité alors que faire évoluer la conscience collective prend des années.

Nous aurons toujours besoin d'élus pour nous représenter, notamment à l'étranger, et pour faire la distinction entre volonté générale et intérêt général. Les deux ne sont pas toujours semblables, notamment lorsqu'on aborde la finance. Chacun voudrait payer moins d'impôts par exemple, mais est-ce vraiment dans notre intérêt ? C'est plutôt leur utilisation qu'il faut améliorer. Je pense que l'avenir de la démocratie représentative se trouve surtout dans l’incorruptibilité des élus qui ira un jour de soi et leur capacité à s'effacer pour parler au nom de leurs électeurs. Nous devons également cesser d'avoir la mémoire courte, et refuser catégoriquement qu'un élu qui a fait passer son intérêt personnel avant celui de ses électeurs puisse se représenter. Il ne doit pas y avoir de prescription, légale ou de mémoire, pour ce genre de chose.

Matteo Vidal

Remaniement ministériel: le changement est-il maintenant ?

On a assisté à un meeting de Bruno Le Maire