"Jeunesse S'engage", être citoyen autrement

RENCONTRE

Lancée en 2015 par Olivier Saunier et Thierry Escolar, Jeunesse S’engage a été créée pour que les jeunes puissent participer à un projet de société globale. Laïque et apartisane, l’association se construit autour de deux volontés majeures, la pédagogie et l’action. Son objectif est de regrouper toutes les actions des jeunes citoyens pour leur redonner une réelle ampleur.

Jeunesse S’engage

 débat sur des sujets qu’elle juge essentiels comme la citoyenneté ou l’immigration afin d’en tirer des propositions solides qui seront diffusées par format écrit ou vidéo.

L’association agit aussi de manière concrète sur le terrain avec beaucoup de liberté, indépendamment des partis politiques, syndicats, et autre. Elle intervient ainsi chaque semaine dans les écoles pour susciter des discussions autour du thème de la citoyenneté avec les enfants.

Elle offre également la possibilité aux jeunes d’agir au sein d’une équipe, formée pour aller à la rencontre des sans-abri avec de la nourriture et des boissons chaudes.

Entretien Le Carnet Politique -2
Entretien Le Carnet Politique -2

Chaque année, elle prépare une action phare, cette année elle sera humanitaire. L’association partira dans les centres pour migrants de 

Sicile

 avec l’intention d’apporter une aide pédagogique aux enfants et jeunes migrants.

Des demandes de financements participatifs sont organisées pour que des particuliers puissent soutenir la réalisation de ces projets de grande envergure, comme cela fut le cas pour la précédente action humanitaire, à Palerme.

En pleine expansion, l’association compte plus d’une cinquantaine de membres actifs et souhaite, à l’aide de son nouveau site web, s'implanter dans plusieurs autres villes avec l’objectif de se nationaliser et l’ambition de devenir la plate-forme de l’engagement citoyen en 

France

.

Entretien Le Carnets Politique -2
Entretien Le Carnets Politique -2

Entretien avec Olivier Saunier, Directeur et fondateur

Pourquoi avez-vous créé Jeunesse S'engage ?

Nous avons fondé Jeunesse S’engage avec Thierry Escolar, un ami de longue date pour que les jeunes puissent participer à la création d’un projet de société globale.

Pour ce faire, en tant que jeunes nous devons nous réapproprier notre citoyenneté.

Il n’y a pas de structure aujourd’hui qui permettent de s’engager de manière citoyenne hors parti alors que les jeunes ont beaucoup à apporter à la société et aux débats publics.

Ce sont les jeunes qui demain vivront sur ce territoire, alors il est important que nous participions à la construction de celui-ci. L’engagement des jeunes ne devrait pas être réservé aux partis car il doit rassembler au delà des clivages pour être effectif.

Nous faisons cela de manière concrète sur le terrain et avec indépendance.

C’est l’union qui fait la force.

Que faut-il aimer pour s'épanouir pleinement au sein de votre association ?

Ce qui nous rassemble, c’est l’envie d’être ensemble et d’agir ensemble ; l’épanouissement passe par l’action, il n’y a pas besoin de faire partie d’une catégorie spécifique pour s’engager.

L’engagement n’a besoin que de volonté, et d’une heure par semaine pour participer à au moins une de nos actions. Pour ceux qui souhaitent aller plus loin dans leur engagement, nous offrons également la possibilité de participer à la rédaction de dossiers et propositions concrètes.

Y a-t-il de la demande ?

Bien sûr, après un an d’ancrage sur Montpellier nous pouvons tirer un bilan positif.

Les jeunes sont très demandeurs, il est clair que nous avons tous en nous une envie de s’engager. Il est de plus en plus difficile de vivre aujourd’hui dans une société basé sur l’individualité avec un rythme de vie assez chargé pour beaucoup de jeunes.

Alors quand on participe à un projet de société collectif qui bâtit un objectif sur le long terme, on est fier. À la fin de la journée on peut se dire "aujourd’hui j’ai aidé une personne dans le besoin en discutant et en partageant avec elle un verre de thé". Il suffit de peu mais c’est nécessaire.

L'association a-t-elle une opinion sur l'état actuel de la politique française ?

Nous pensons qu’il un besoin de renouveau, tant sur le plan des personnes qui sont en charge des responsabilité que des idéologies. Il est important je pense de se remettre en question profondément pour incarner à nouveau la confiance que les hommes politiques ont perdu ces dernières années.

Ces prochaines années seront décisives à ce niveau car c’est notre modèle démocratique qui est mis en question.

Quelle est votre ambition, votre objectif à long terme pour Jeunesse S'engage ?

Notre ambition est de devenir la plate-forme de l’engagement citoyen en France.

Nous voulons permettre aux jeunes de se réapproprier leur citoyenneté car c’est la clé du vivre ensemble. Ce qui fait la force de la France, c’est sa mixité culturelle et sociale, il est important de le rappeler en ces moments troubles que nous vivons après les attaques terroristes.

Les sentiments de repli communautaire qui mènent à la fragmentation de la société sont des réflexes sociologiques qui se produisent quand le sentiment d’appartenance nationale n’est pas assez fort ; nous devons donc redonner du sens à la citoyenneté et se l’approprier.

La citoyenneté est le ciment de la communauté nationale, quand le ciment est trop dilué il perd son rôle de lien solide dont chacune des briques a besoin pour construire la maison.

Les différences sont une force et nos objectifs communs doivent dépasser les clivages. Pour bâtir ensemble il faut que les jeunes se rencontrent et cela passe par l’action.

Quand nous agissons ensemble sur des problématiques qui nous dépassent nous travaillons pour l’intérêt supérieur de la France.

Nos intérêts personnels poussés dans leurs retranchements ne sont pas compatibles avec notre intérêt supérieur qui lui est lié au collectif. Notre bonheur individuel passe par l’accomplissement d’un idéal commun qui nous dépasse. Le rassemblement au delà des clivages politiques, religieux ou sociaux est donc nécessaire.

Ce projet passe par la généralisation de nos actions locales à l’échelle de la France et l’ouverture d’antennes sur tout le territoire.

Matteo Vidal

Du bien-fondé de la grâce présidentielle

A 19 ans, il fonde son think-tank, "Réveil Citoyen"

A 19 ans, il fonde son think-tank, "Réveil Citoyen"