A 19 ans, il fonde son think-tank, "Réveil Citoyen"

A 19 ans, il fonde son think-tank, "Réveil Citoyen"

12240960_10153786864039791_1769024674437410251_o.jpg

Il se souviendra de ce mercredi 7 Janvier 2015 longtemps comme du premier choc de sa génération, de la secousse qu'il représentait et de la terreur qu'il suscitait. Ce jour là, il reste sans voix devant sa télé et se demande comme beaucoup d’entre nous : "Et après ?".

Une envie d'agir

Cet « après », François l’imagine comme un réveil. Le réveil des citoyens, qui, bloqués entre deux extrêmes, ont le souffle coupé mais l’envie d’agir.  François Reyes a 19 ans, et envie de vivre dans un monde libre et tolérant.

C'est pourquoi il crée Réveil citoyen, une plateforme d’échange, de partage, de débat pour aboutir à des propositions.  L’idée tient en une formule "si on se connaissait plus on se détesterait moins", partant de cette idée certes un peu simpliste on peut faire de belle chose m’explique-t-il.

Tous les mois dans ses antennes  Réveil Citoyen organise des débats qui réunissent chaque fois un panel très large de personne. Il faut des gens d’univers différents prêts à s’ouvrir, à pousser un coup de gueule, et dont l’envie est de repartir en ayant appris sur l’autre, sur la société. Beaucoup de participants à ses débats disent avoir une envie de parler, d’être écouté, de partager, de proposer, ce qu’ils n’arrivent plus à faire au sein de la vie politique. Ce besoin d’échange traduit une profonde humanité en chacun des participants; me confie François, en ajoutant que souvent certains arrivent avec des idées préconçues que l'échange détruit. Il n’y a que le cadre de la loi qui puisse mettre une barrière à la liberté de s’exprimer au sein de Réveil Citoyen.

n-FRANCOIS-REYES-large570
n-FRANCOIS-REYES-large570

Un citoyen "dégoûté" du système des partis

Avant de fonder Réveil Citoyen, François était très politisé, encarté dans un parti politique.  Il  est sorti  de ce "système" avec un certain dégoût et le sentiment que l’on nous prend un peu pour des cons. Un sentiment que beaucoup de jeunes ressentent, et n’ayant pas la flamme de l’engagement citoyen, se détournent de la vie en société. À ces jeunes-là, Réveil Citoyen apporte une réponse simple : « Il n’y a pas de petites actions il n’y a que de trop petites ambitions ». L’ambition de réveil citoyen est, elle,  grande parfois assez utopique d’ailleurs, mais a le mérite de nous inviter à rêver avec eux.

Un rêve que François est parti défendre lors du One Young World Summit à Bangkok  en novembre 2015. Un sommet regroupant 2000 jeunes du monde entier sélectionné préalablement pour leur projet. Il me confie que ce fut le sommet de l’espoir, et me parle d’une rencontre enrichissante parmi tant d’autres  avec une jeune fille de 18 ans originaire des Philippines qui grâce à son engagement a pu créer 14 hôpitaux dans son pays et 4 universités.  Un modèle pour nous jeunes européens en manque d’espoir.

C’est en atterrissant à Bangkok qu’il apprend que Paris est à nouveau ensanglantée, c’est d’abord la tristesse, puis l’envie de jeter l’éponge de dire que finalement on pourra pas changer le monde.  Mais le discours de paix et de tolérance avait encore plus de sens après de nouvelles attaques terroristes, il a alors choisi de s'adresser dans son discours de Bangkok à chaque humain présent sur place, à chaque humain susceptible de l'entendre. Une volonté de réveiller la société humaine il s'exclame devant la foule " Nous allons battre l'intolérance pacifiquement et ne jamais au grand jamais abandonner" invitant chacun des participants à rentrer dans son pays d'origine avec la conviction que le dialogue est une plus grande arme que la haine.  Ce sentant un peu coupable d'être loin de son pays pendant une telle crise, il repartira de Bangkok avec le sentiment d'avoir fait un premier pas en faveur de l'unité de notre pays, en faveur de la paix.

11705182_10207230633716354_6612485959095382125_n
11705182_10207230633716354_6612485959095382125_n

Une révolution citoyenne ?

A seulement 19 ans François est utopique il l'avoue lui même, mais il a l'espoir de contribuer à une révolution citoyenne : celle qui abandonne les partis traditionnels pour redonner au citoyen l'envie de contribuer à la chose publique. En 2017, Réveil Citoyen aura pour mission de confronter les programmes, de libérer la parole sur les candidats avec évidemment une ligne plus politique mais restant toujours à l'abri d'une quelque conque récupération partisane.

Lorsque j'interroge François sur une future candidature de sa part à une élection politique, je sens bien que l'idée lui a déjà traversée l'esprit à plusieurs reprise, mais il me répond que pour l'instant il ne veut pas prend part à ce système qui fait ressortir toujours les mêmes hommes avec les mêmes idées. Son travail est d'abord au sein de la société civile, accomplir son devoir citoyen en dehors de la lutte des partis.  Néanmoins, nous gardons son visage en tête, il risque de devenir familier d'ici quelques années.

En bref, Réveil citoyen est un projet humaniste qui à l'ambition de réunir les hommes. Peut-être un des rares endroits où la politique redevient une notion noble.

Clara Michielini

EN BONUS :  le discours poignant de François Reyes après les attentats du 13 novembre 2015 au sommet One Young World Summit (en anglais) :

https://www.youtube.com/watch?v=7FaQp9hwoYE

"Jeunesse S'engage", être citoyen autrement

La gauche de retour à l'école primaire