Rechercher sur le site !

Alain Juppé, l'homme providentiel ?

OPINION

À la suite des élections européennes, qui ont vu -pour la première fois sous la Vème République- un parti extrême arriver en tête, on peut légitimement être inquiet de l’avenir de notre système politique. Il serait exagéré d’évoquer une « crise de la démocratie », mais il est clair que le régime vacille et a besoin d’un changement radical de gouvernance. Néanmoins, les deux grands partis sont discrédités, la gauche par sa gouvernance controversée et la droite par les affaires qui la minent. Face à la montée du populisme, il faut donc dépasser la logique des partis et choisir un chef pour sa compétence et non pour son talent politique. Au milieu d’une classe politique méprisée, un seul homme se distingue pour sa véritable compétence et son indiscutable expérience : c’est Alain Juppé. Seul rescapé du marasme, il peut se présenter comme l’homme providentiel pour apporter un souffle nouveau à une démocratie en danger et, pour reprendre une rhétorique lepenienne, pour transcender l’UMPS.

De toute évidence, Alain Juppé tient davantage du technocrate que du leader charismatique. Certes, il est incapable de faire rêver les foules tel un François Mitterrand, mais en ces temps de crise, la capacité à redresser un pays n’est elle pas seule à devoir être prise en compte ? Diplômé de l’ENA et de l’ENS, son intelligence n’est plus à prouver et son bilan d’homme d’état montre un homme courageux qui peut faire bouger les lignes. Conseiller déchu de François Hollande, Aquilino Morelle le décrivait comme « un homme d’Etat plus qu’un homme politique ».

En tant que maire de Bordeaux, son bilan est salué à droite comme à gauche tant sur le plan économique que culturel. Réélu triomphalement aux récentes élections municipales, sa gestion incritiquable montre un homme moderne et compétent. Premier ministre de Jacques Chirac de 1995 à 1997, on retient de lui sa courageuse tentative de réforme des retraites des fonctionnaires. Cette réforme -nécessaire mais impopulaire- qui lui coûta finalement son poste montre un homme courageux, prenant ses décisions en fonction de l’intérêt public et non selon l’opinion majoritaire. Des divers ministères qu’il a successivement occupés se dégage l’image d’un homme compétent, honnête et loyal.

Son intégrité a longtemps été décriée après l’affaire des emplois fictifs, mais il est aujourd’hui clair qu’Alain Juppé n’a fait qu’assumer les responsabilités de Jacques Chirac…

Lors de la guerre Copé/Fillon, il fut appelé pour procéder à une médiation, finalement échouée mais qui met en avant son caractère consensuel au sein même de son parti. Enfin, il est important de noter les nombreuses prises de position pro-européennes au cours de sa carrière et la « déclaration d’amour à l’Europe » publiée sur son blog en mai 2014.

Cette expérience considérable permet de dresser le portrait d’un homme capable de redresser la France sur le plan économique et de redonner à notre pays son influence sur la scène internationale.

Dans le contexte actuel, la droite est dépourvue d’un leader capable de fédérer et se délite dans des conflits internes destructeurs… Néanmoins, face à une gauche en perdition, elle semble appelée à gouverner en 2017 si elle parvient à contrer l’avancée du FN. Alain Juppé propose de renouer une alliance avec les forces centristes, ce qui semble la seule solution pour obtenir une majorité pour gouverner. La Vème République a toujours, par son mode de scrutin, été un régime bipartisan. Ce mode de fonctionnement est actuellement remis en cause par la montée du FN qui risque de rendre la France ingouvernable. La perspective d’une coalition qui aille au delà de l’UMP permettrait un programme commun à l’allemande, seule alternative possible à la paralysie gouvernementale. On pourrait même rêver, si la situation économique française s’aggravait, d’un gouvernement d’union nationale fédérant l’ensemble des forces politiques républicaines, Alain Juppé se poserait comme le leader évident d’une telle coalition.

Il est également l’homme politique préféré des français avec 69% d’opinions favorables. Les français voient en lui un homme compétent (78%), solide (73%), courageux (61%) et honnête (57%). (Sondage BVA pour Le Parisien-Aujourd’hui en France). Sa popularité est également forte chez les militants, ce qui lui permettrait de l’emporter lors d’une primaire interne, mais la situation précaire de l’UMP ne laisse présager de rien concernant son avenir… Selon un autre sondage réalisé pour Altantico, il serait également le mieux placé pour l’emporter lors d’un second tour face à Marine Le Pen, avec 49% contre 21%, loin devant Nicolas Sarkozy avec 41% contre 19%

Lorsqu’on évoque sa potentielle candidature à l’élection présidentielle de 2017, nombreux sont ceux qui évoquent son grand âge. Est-il besoin de rappeler qu’à cet âge (68 ans), le général De Gaulle revenait jeter les fondements de la Vème République ?

http://www.dailymotion.com/video/x1x3w3u_alain-juppe-futur-candidat-a-la-primaire-ump-pour-2017_news

Toutes ces conditions amènent à penser qu’Alain Juppé est actuellement dans une posture idéale pour incarner un renouveau en 2017 à travers une coalition droite/centre voire bien plus large encore si le front national constitue une menace trop forte. La seule personnalité politique pouvant lui faire obstacle serait Nicolas Sarkozy, qui désire se relancer en politique au congrès d’Octobre. Cette éventualité est bien réelle, mais elle est à relativiser. En effet, même sa popularité est indéniable et qu’il apparaît pour certains comme un recours inévitable, la quantité d’affaires le menaçant est telle qu’on a du mal à imaginer que la justice ne l’aie pas discrédité aux yeux du peuple d’ici 2017. En outre, ayant juré à l’aube de sa défaite de « ne jamais plus être candidat aux mêmes fonctions », une nouvelle volte face pourrait donc passer pour une incohérence. Peut-on donc présenter Juppé comme l’homme providentiel en vue de 2017 ? Toutes les conditions semblent réunies pour. Mais en politique, que peut-on prévoir si loin d’une échéance ?

[polldaddy poll=8140253]

Bruno Le Maire veut incarner le renouveau

Les tontons flingueurs à l'UMP

Les tontons flingueurs à l'UMP