Rechercher sur le site !

Les européennes, un tremplin pour le FN

Les élections européennes n’ont jamais suscité un engouement médiatique ou populaire particulier. Peu d’entre nous connaissent exactement leur déroulement, le mode de scrutin et les responsabilités des élus. La France est loin d’être le seul pays où elles se déroulent dans un étrange silence médiatique, alors que l’Europe semble plus contestée que jamais et a besoin de retrouver confiance et unité. Voilà déjà une bonne raison d’aller voter !

Mais à l’échelle nationale, les prochaines élections revêtent un enjeu particulier : elles apparaissent comme l’occasion rêvée pour le FN de confirmer sa métamorphose en "parti de gouvernement" selon les mots de Marine Le Pen. Car si les municipales ont été la prise de conscience de la nouvelle envergure de la "vague bleu marine”, les européennes arrivent à point nommé pour confirmer ce succès, et marquer durablement le paysage électoral français.

1. Un résultat à confirmer

Le succès du FN aux municipales est historique sur plusieurs points. Tout d’abord pour son aspect symbolique : pour la première fois, un maire FN est élu dès le premier tour : Il s’agit de Steeve Briois à Hénin-Beaumont, ville choisie par le FN comme « laboratoire politique ».

De plus, avec environ 1200 conseillers municipaux élus, le FN établit son nouveau record et bat son objectif de 1000 élus qui paraissait déjà ambitieux. Ce score lui permet de consolider son statut de 3ème force politique du pays, et de devenir une « troisième voie » de plus en plus crédibles pour des électeurs qui, comme l’explique Marine Le Pen, adressent les mêmes reproches au PS et à l’UMP.

Mais ce résultat n’est qu’un premier pas. Tout grand parti politique s’est construit grâce à des résultats constants sur la durée, et ce coup d’éclat, s’il restait sans suite, ne serait considéré que comme un fait isolé, le fruit de circonstances particulières et non de la montée en puissance d’un futur parti de gouvernement. Le message de ce succès est donc plus un message fondateur : Les Français savent maintenant que le FN ne recueille plus seulement les votes de marginaux, il attire de nombreux électeurs déçus de l’alternative proposée par le duel PS-UMP. C’est la preuve que la « dédiabolisation » du parti entreprise par Marine Le Pen a porté ses fruits. Le FN peut maintenant se présenter aux autres élections avec des ambitions légitimes. Mais il doit surtout continuer sur sa lancée. Car les Français oublient vite les succès anecdotiques et surtout parce que les médias, plutôt hostiles au FN, utiliseront probablement toute contre performance pour remettre en cause ce succès fondateur.

2. Achever la métamorphose en parti de gouvernement crédible.

Maintenant au pouvoir dans 11 villes dont la majorité ont plus de 10000 habitants, le FN va pouvoir former des élus à diriger des collectivités territoriales. Cela devrait lui permettre de montrer que les compétences des élus FN sont similaires à ceux des grand partis traditionnels, et donc d'accroître encore  crédibilité du vote frontiste.

Mais pour fonder un parti de gouvernement crédible, l’échelon local n’est pas suffisant : la marque d’un grand parti, c’est d’être présent à toutes les échéances électorales. Même si les élections européennes ne sont pas très populaires, on peut les considérer comme celles correspondant à l’échelon territorial le plus grand. Une présence significative du FN au Parlement Européen lui donnerait une légitimité accrue : il aura alors été choisi par les français pour les représenter au sein de l’UE, tout en étant profondément euro sceptique.

De surcroit, il est particulièrement difficile pour les partis eurosceptiques d’apparaitre comme des potentiels partis de gouvernement, car il faut pour cela que l’euroscepticisme soit largement partagé par l’électorat du pays en question : cela n’a jusqu’à présent jamais été le cas.

Mais ce serait bien la conclusion à tirer d’une victoire du FN aux européennes, comme le pronostiquent le dernier sondage IFOP pour Paris Match : le FN , avec 23% des voix, fait la course en tête dans les intentions de vote. Si ce score est confirmé aux élections, les médias n’auront pas d’autre choix que de constater l’adhésion de français à la cause eurosceptique, et donc de considérer le FN comme un potentiel parti de gouvernement pour les années à venir. Si vous pensez, au contraire, qu’une Europe unie est nécessaire pour sortir du marasme économique, nous vous avons trouvé une bonne raison d’aller voter.

3. Une notoriété internationale à acquérir

Aujourd’hui, dire que l’image du FN à l’étranger est négative serait un euphémisme. Le parti de Marine Le Pen traine son image raciste, xénophobe et économiquement incompétent développée à l’ étranger sous Jean Marie Le Pen. La meilleure preuve de ce rejet à l'étranger est le refus de UKIP, le parti euro sceptique britannique, et de son leader Nigel Farage, de s'allier au FN. Ce dernier a même declaré :

"L'antisémitisme est inscrit dans l'ADN de ce parti "

Les médias étrangers s’inquiètent d’ailleurs du score du FN aux municipales, qu’ils voient comme un signal d’alarme pour la France et l’Europe. Bien que cette image peu flatteuse soit aussi alimentée par la peur des partis eurosceptiques en général, Marine Le Pen souhaite l’améliorer. Quoi de mieux dans ce cas qu’un score impressionnant aux élections européennes, qui montrerait la nouvelle crédibilité de son parti à l’Europe entière ? Le statut du FN évoluerait, d’un parti eurosceptique marginal parmi tant d’autres à un des trois grands partis d’un des membres fondateurs de l’UE. C'est pour opérer ce changement d'image que Marine le Pen s'est dernièrement rapprochée de Gianni Alemano, président de la Ligue du Nord Italienne, le FN fait aussi partie depuis le 15 novembre dernier d'une alliance de 6 partis d'extrême-droite européens, qui ambitionnent de devenir par ses élections européennes "la 3ème force politique européenne": Il s'agit de conforter le poids politique du FN, et Marine le Pen sait que cela passe par une influence à l'échelle européenne.

De même, des journaux étrangers prompts aux raccourcis pour simplifier la situation politique pourraient tout simplement affirmer que la France entière, par son vote eurosceptique, est devenue eurosceptique. Si vous n’êtes pas d’accord avec ce constat et si vous ne voulez pas que le monde entier voient en vous un eurosceptique, nous vous avons trouvé une autre raison d’aller voter.

Mais si vous adhérez aux idées du FN, alors dites vous bien que plus qu’un tremplin politique, ces élections européennes si souvent délaissées sont cette année l’occasion rêvée pour que le FN s’installe en haut du paysage politique francais.

Peut-être n’êtes vous jamais allés voter aux européennes. Ces élections ont pu vous paraître superficielles et l’enjeu réduit. Au contraire, vous vous y intéressez peut être depuis longtemps. Mais dans tous les cas, celles-ci ne seront pas comme les autres, et elles marqueront durablement notre paysage politique. Quoi que vous pensiez du FN et de ses idées, c'est maintenant qu'il faut s'exprimer: Allez voter !

Jacques Boitreaud

Rencontre avec Nicolas Dupont-Aignan : "Nous incarnons un patriotisme modéré"

Les deux visages du Front National